Diantre ! Une femme ! et j’en vois d’autres arriver !

Ce sujet, nous l’avons en tête depuis longtemps – très longtemps. Au quotidien, on a les yeux grands ouverts. On voit bien les difficultés potentielles, les refus injustifiés, les doutes empreints de préjugés. Et pourtant, on a envie de dépasser ledit sujet, de ne pas avoir à nous justifier sur notre genre, mais uniquement sur notre travail. Mais finalement, le sujet des « femmes en architecture » est revenu sur la table, encore. Il nous a sauté aux yeux en lisant un article titrant « Françoise Raynaud, première femme architecte française à concevoir un gratte-ciel ». Il est quand même un peu triste ce titre. Première ? Ne faudrait-il pas titrer « Enfin » ? Et là, le doute nous saisit. N’est-il pourtant – malheureusement – pas nécessaire d’insister sur le genre de cette architecte ? Pour montrer que les femmes sont là, qu’elles conçoivent, construisent, et surtout dirigent ?

Architecte compte parmi les professions qui ont longtemps été refusées aux femmes. En France, ce n’est qu’en 1923 que l’on délivre le premier diplôme d’architecte à une femme (Jeanne Besson-Surugue) et les portes des écoles d’architecture ne s’ouvriront franchement que bien plus tard. La féminisation de la profession a donc pris beaucoup de retard par rapport à d’autres corps de métiers. Mais elle est désormais en bonne voie.

Charlotte Perriand est une architecte, designer et photographe française (1903 - 1999)
Charlotte Perriand est une architecte, designer et photographe française (1903 - 1999)

Des statistiques semi-réjouissantes

Actuellement, près de 60% des étudiant.es. architectes diplômé.e.s sont des femmes. Une statistique plutôt positive. Toutefois, on constate qu’après leurs études moins de 30% de ces diplômées s’inscrivent à l’Ordre des Architectes – elles étaient seulement 7,5% en 1982. La majeure partie d’entre elles rejoint des agences ou des institutions en tant que salariées. Il y a donc bien des femmes architectes, mais peu d’entre elles se retrouvent aux commandes. Et là, vient la stat qui tue : moins de 10% sont à la tête d’une agence dans le monde.[1] Et pour compléter le tableau, voici un funny fact un poil déprimant : depuis sa création en 1979, le Pritzker Price (équivalent du Nobel de l’architecture) n’a été décerné que cinq fois à des femmes.

Alors que fait-on ?

On laisse le temps faire son office ? Que nenni nous répondent les fondatrices du Prix Femmes Architectes de l’ARVHA (Association pour la Recherche sur la Ville et l’Habitat)[1]. On met les femmes architectes en lumière, on les pousse à se mettre en avant. On crée des « modèles féminins ». Une prise de position qui se défend et qui pourtant suscite des questions. Dans le documentaire de Thierry Mercadal[2], Femme Architecte, Manuelle Gautrand demande « pourquoi chercher un modèle d’architecte « féminin » et pas simplement un modèle d’architecte ». Odile Decq renchérit « Je ne suis pas une femme architecte, je suis une architecte »[3] .

Le film oscille entre ces deux visions. Huit architectes (femmes), ainsi que plusieurs observatrices du milieu, dont une directrice d’école d’architecture, décryptent les impacts de leur genre sur la pratique de leur métier. Et les ressentis sont variés, certaines y voient un atout, d’autres racontent leur lutte pour s’imposer sur des projets de grande ampleur, comme des bâtiments institutionnels, d’autres encore estiment que c’est un problème plutôt générationnel. Toutes émettent des hypothèses pour comprendre ce déséquilibre de genre au sein de la profession : une difficile articulation vie professionnelle vie personnelle, une profession dominée par le masculin dans toutes les strates (techniques, décisionnelles, financières), une origine prenant racine dans l’éducation des petites filles.

Elles reviennent sur la notion de pouvoir et d’autorité, qu’endosse automatiquement l’architecte, chef d’orchestre d’un projet. Elles clament aussi que le sujet ne vient pas d’elles, mais bien des hommes, en face. Le genre serait-il dans l’œil de celui qui le regarde ?

Manon Liduena

  1. https://www.architectes.org/sites/default/files/atoms/files/archigraphie-coul-2016-web_0.pdf
  2. https://www.femmes-archi.org/
  3. https://www.youtube.com/watch?v=d358ZS3n1uw
  4. Je ne suis pas une femme architecte, je suis architecte, introduction de Jane Hall et Audrey Thomas-Hayes, éditions Phaidon, www.phaidon.com
Menu